Le tricot, votre remède grand-mère pour survivre à février

Pour moi, tricoter a toujours été un gage de détente et de réconfort. Apparemment, je ne suis pas la seule.

À vrai dire, il y aurait apparemment bien plus d’effets positifs que le seul bien-être que l’activité procure. La rythmique répétitive du tricot est souvent comparée à la méditation, qui amène le tricoteur ou la tricoteuse à se concentrer sur le moment présent – chose que nous oublions gravement de faire dans la société d’aujourd’hui.

Cela aurait pour effet de relaxer le corps et l’esprit (Amen), mais aussi de prévenir le stress et la dépression. Comme le tricot occupe le temps, il permet à l’individu de détourner son attention du fait qu’il s’ennuie.

Finalement, le tricot apporte beaucoup d’estime de soi et de satisfaction, puisque vous finissez avec un foulard ou des pantoufles au bout de la ligne.

Bref, tricotez, et Février passera dans le beurre. Et s’il fait encore froid en Mars, eh ben vous aurez au moins des mitaines pour vous réchauffer.

-LT

Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *